La différence entre être seul et être solitaire

Je dois bien vous avouer que j’ai mis du temps à écrire cet article. Non pas parce qu’il ne m’inspirait pas mais plutôt parce qu’il m’inspirait un peu trop. C’est un sujet qui revient souvent sur la table lorsque je demande à mes clients ou même à mes proches comment ils se représentent dans la vie. Bien souvent, être quelqu’un de solitaire se met rapidement au milieu de leur réponse. Mais ce que je vois dans leurs mots est le fait qu’ils le soient malgré eux. Et c’est ce dernier point qui me touche, toujours autant, malgré l’habitude qui me gagne de l’entendre.

Il est important de faire la différence entre être solitaire et être seul. Car l’un est une fondation qui vous permet de vivre pleinement, l’autre un boulet à la cheville qui vous freine dans votre épanouissement. Ces deux aspects de la solitude sont tellement similaires et si différents à la fois que nous en venons à les confondre et les utiliser de la mauvaise façon. L’un souligne un état de plénitude lorsque l’on se retrouve seul et que l’on apprécie particulièrement. L’autre est une situation dans laquelle nous aimerions, là tout de suite maintenant, avoir quelqu’un pour combler. Être solitaire est un état d’être, un état d’esprit tandis qu’être seul est une réponse (souvent défensive) face à des circonstances précises.

Nous nous sommes tous un jour senti seul au milieu de la foule, au milieu d’une soirée, ou au milieu d’un fou rire. Nous nous sommes tous un jour demandés si quelqu’un autour de nous nous connaissait réellement. La solitude est un aspect réel au sein de notre société et bien trop souvent incompris, parce que soyons honnête, c’est plus cool de dire que nous sommes quelqu’un de solitaire (car cela a une signification d’indépendance dans un sens) que de quelqu’un qui est seul. Et pourtant.

Mais est-ce qu’être seul pose un réel problème? Est-ce que l’état d’être seul est ce qui procure ce sentiment de solitude? La différence entre être solitaire et être seul se réside dans la compréhension de son environnement. Car se sentir seul ne réside pas uniquement dans le fait d’être avec du monde mais surtout dans le fait d’être compris. Ce n’est pas uniquement dans le fait d’être invité à une soirée et y aller, mais le fait de contribuer à la rendre meilleure et de se sentir considéré. La solitude en tant que telle relève d’un sentiment d’incompréhension des personnes qui nous entourent et de ce fait, on ne se sent ni compris, ni considéré, peut-être même pas aimé.

Il est important de souligner que de se sentir seul ne vient pas du jour au lendemain. Bien souvent, cela se construit semaines après semaines suite à une situation où nous ne sommes pas capable d’exprimer spécifiquement ce dont on a besoin ou ce que l’on ressent. Et voir son entourage incapable de comprendre comme nous le voudrions, nous pousse à nous renfermer et à s’écarter, sans même s’en rendre spécialement compte.

La prochaine fois que vous êtes seul ou la prochaine fois que vous vous sentez seul. Prenez le temps d’observer les choses, de prendre du recul. Demandez-vous si vous appréciez votre solitude pleinement, que cela vous permet de vous développer comme vous le souhaitez. Demandez-vous si cela vous pèse, si vous aimeriez là tout de suite maintenant parler avec quelqu’un, partager quelque chose avec un proche. Demandez-vous s’il y a une situation particulière qui vous met dans cette posture aujourd’hui. Demandez-vous si vous êtes fatigué de vous justifier, fatigué de poser des questions sans réponses, fatigué de ne pas être compris comme vous le souhaiteriez.

La solitude est une affaire de vécu personnel, mais à quel point nous fait-elle vivre?

« Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre. »

Full Love – JB

Publicités

Quoiqu’il arrive le temps te trouvera

Rien ne se passera au cours d’une seule nuit. Tu ne te réveilleras pas un matin avec la sensation que toutes les fractures et hématomes qui recouvrent ton coeur et ton âme ont disparu.

Surmonter une épreuve prend du temps, quelle que soit son intensité. Il faut de la détermination, de la patience et de la foi en le temps qui court et en Toi. Surtout en Toi. Parce que oui, un jour tu ouvriras les yeux et tout sera parti. Je peux même te garantir que tu n’arriveras pas à te souvenir de la sensation que cela faisait, et heureusement.

Jour après jour, mois après mois, la douleur que tu ressens au fond de toi disparaitra et tu te rendras compte que oui, tu a survécu et que RIEN n’est insurmontable. Tu réaliseras que les choses qui t’apportaient du réconfort, t’apporteront maintenant de la joie pure et dure. Que les bonnes ondes du quotidien étaient en fait autour de toi depuis bien longtemps et qu’elles étaient là pour te couvrir un peu plus pour te réchauffer le coeur sans que tu t’en aperçoives.

Le sourire qui ornait ton visage reviendra petit à petit et que les étincelles dans tes yeux se raviveront un peu plus à chaque fois que le temps passe, à en entendre ton rire au plus profond de tes tripes.

Tes pensées deviendront à nouveau limpides et tu reprendras plaisir à sentir le vent sur ton visage. Tout deviendra plus clair et ton souffle redeviendra paisible. Peut-être même que tu recommenceras à dormir bien avant que tu t’en rendre vraiment compte.

Parce que quoiqu’il arrive, le Temps te trouveras. Le Temps court et jamais il ne te laisseras sur le côté de la route. Parce que quoiqu’il arrive, il saura faire les choses bien, de la meilleure façon qu’il soit et saura comment te faire (re)vivre. Parce que le seul allié dans les moments où la vie te creuse des nids de poule sur ton chemin ou te lance des chûtes de rochers sur la tête, c’est bien Lui et rien d’autre.

Parce que quoiqu’il arrive, la personne que tu es aujourd’hui à se sentir seule, à saigner de l’intérieur ou peut-être même à ne pas savoir où aller, cette personne reviendra à la surface et au grand jour. Cette personne reviendra plus forte et plus assoiffée de vie que jamais.

Parce que quoiqu’il arrive, le Temps te trouveras et te rendras ce que tu as perdu lors des turbulences : la volonté de vivre pleinement et humainement.

Full Love – JB

Le jour où tu décideras de sortir de ta zone, souviens toi de ces petites choses

Le jour où tu décideras de sortir de ta zone, de changer le cours de ta vie, de prendre une direction opposée à ce que tu pensais, ce jour-là je ne garantie pas ta sérénité mais je peux te garantir que tes tripes crieront ton nom. Le jour où tu décideras de changer les choses, tu te poseras sans doute 1001 questions et remettras en doute même ta place dans ce monde. Mais s’il y a bien certaines choses en lesquelles tu ne peux pas douter, c’est bien ce qui suit :

  • Il y a toujours un lendemain, il y a toujours une nouvelle opportunité, il y a toujours une autre chance si les choses ne vont pas de la façon dont tu l’avais espéré. Rien n’est sensé aller dans la bonne direction du premier coup. Le plus important est de ne pas abandonner ce qui fait vivre tes tripes.
  • Si tu ne demandes pas, tu n’as aucune chance d’avoir ce que tu veux. Alors ose poser des questions, exprimer tes sentiments et mettre des mots sur tes pensées.
  • Plus tu sortiras du moule et feras ce qui te rend heureux, plus tu recevras des critiques. Signe que tu es sur la bonne voie!
  • « Travaille dur en silence et laisse le succès faire du bruit. » – Moins tu en diras sur ce que tu es entrain de faire, moins tu auras de pression et plus tu sauras gérer ce nouveau tournant. Dis-en plus au moment où la situation est sous contrôle.
  • Tu ne seras jamais critiqué par des gens faisant plus que toi, uniquement par ceux qui en font le moins mais qui espèrent le plus.
  • Ce ne sera pas tous les jours une partie de plaisir et bien souvent tu auras envie de laisser tomber. Mais cela en vaut 1000 fois la peine!
  • Si tu as peur à l’idée de faire ce qui te tient le plus à coeur, tu dois absolument le faire. Il n’y a rien de plus authentique que ce que tu ressens au fond de tes tripes.
  • Se concentrer sur ce qui t’épanoui le plus te poussera à te concentrer sur la qualité plutôt que la quantité de tes relations. Perdre des personnes au moment où tu décides de prendre la route qui te convient fait parti du jeu.
  • Ne cours pas après le temps, ne cours pas après la vie. Il est question de trouver l’équilibre entre Faire et Être, car une part de ton développement n’est pas uniquement de faire et d’atteindre mais aussi d’être et de devenir.

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas. C’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.

Full Love – JB

5 leçons de vie à prendre en compte avant que cela ne soit trop tard

Allons droit au but, nous apprenons bien mieux de nos expériences que de ce que l’on nous enseigne à l’école mais s’il y a bien quelque chose à prendre en compte (et ce le plus rapidement possible), ce sont bien les leçons de vie qui vont suivre… La vie n’est ni juste ni injuste, la vie est telle quelle est et elle sait bien souvent mieux que nous-même ce qui est bon pour nous et pour la personne que nous sommes entrain de devenir.

Il faut prendre des risques! – La vie est bien trop courte et trop oppressante aujourd’hui pour perdre du temps et rester dans sa zone. Ce job que tu veux quitter, cette entreprise que tu veux créer, ce voyage que tu veux organiser… Fais-le! Préfères-tu regretter à vie de n’avoir jamais eu le cran de te lancer ou préfères-tu te jeter dans la gueule du loup au risque de vivre (enfin!)?

N’aies pas peur d’être égoïste – C’est bien un point que j’aime aborder avec mes clients lorsqu’il est question de développement personnel. Nous oublions souvent que prendre soin de soi est nécessaire et que de se sentir égoïste dans ces moments-là n’est pas une mauvaise chose. Il faut garder en tête que tant que tu n’es pas bien avec toi-même, que tu n’as pas trouvé ton rythme et ton propre bonheur, tu ne sauras pas rendre les gens autour de toi heureux comme ils le méritent… Alors prendre le temps d’être centré/e sur soi est la meilleure chose que tu puisse faire pour devenir plus épanoui/e.

Mais n’oublies pas que quoiqu’il arrive tu n’es pas seul/e – La vie en elle-même est une formidable leçon sur le fait qu’il ne faut rien prendre pour acquis. Quoiqu’il arrive. Mais s’il y a bien une chose à garder en tête est que quoiqu’il se passe, il y aura toujours quelqu’un prêt à déplacer des montagnes pour te soutenir, pour te faire sourire, pour t’aider, pour te rendre meilleur. Il suffit juste d’enlever un peu tes œillères, la bienveillance (même d’un inconnu) n’est jamais bien loin.

Fais la différence entre ce que tu veux et ce dont tu as réellement besoin – Tu te rendras compte à quel point tu peux éviter de dépenser de l’énergie (et économiser de l’argent par la même occasion) pour des choses dont tu n’as finalement pas réellement besoin mais que tu avais juste en tête d’avoir.

Les deuxièmes chances existent bel et bien – Dans n’importe quelle circonstances d’ailleurs. Que ce soit sentimental, professionnel, amical, financier et plus encore.  Nous sommes humains, nous sommes un perpétuel chantier, une matrice constamment en développement et les erreurs font parti de qui nous sommes entrain de devenir. Alors oui, les deuxièmes chances existent, et heureusement. N’ayez pas peur de tenter une seconde fois quelque chose, de donner une deuxième chance à quelqu’un ou de persévérer dans la voie que vous prenez. Rien n’est acquis, tout est en constante évolution. 

Full Love – JB

1000 raisons de virer fou

Il y a 1000 raisons de laisser tomber quelque chose qui nous tient à coeur, ou même de laisser tomber la personne que nous sommes. Il y a 1000 raisons d’abandonner, et je pourrais être la première à pouvoir en témoigner. Il y a 1000 raisons de ne pas prendre une décision qui nous fait peur et pourtant, qui est la plus honnête qu’il soit aujourd’hui (envers nous-même).

Que ce soit de prendre un nouveau tournant dans sa vie, de se lancer dans un nouveau projet, de partir de chez soi, d’échouer à quelque chose ou de décevoir une personne importante. Il y aura toujours 1000 raisons de se dire que nous ne serons jamais capable de faire les choses ou de revenir à la surface. Parce que ça fait trop mal pour le moment ou parce que ça fait trop peur de se lancer. Il y aura toujours des tas d’occasions de baisser les bras.

Et pourtant, il suffit dune raison pour que les jours avancent, que le temps nous panse et que l’air sur notre peau devienne plus agréable. Il n’y a pas besoin d’avoir fait Math Sup’ pour comprendre que l’être humain est une matrice tellement bien faite et incroyablement intelligente que dans les temps les plus durs, elle est capable de se battre, d’affronter tout ce qui arrive pour traverser les jours et rendre le temps plus doux.

On aura beau haïr ce temps qui passe, c’est pourtant le seul capable de nous faire avancer, de nous faire sentir mieux et surtout de nous faire prendre conscience que rien ne dure. Pas même les doutes.

Il y aura toujours 1000 raisons de prendre peur, d’appréhender, de douter de ce qui arrivera. Parce que oui, même si nous faisons tout pour éviter ce qui nous angoisse, ça reviendra vers nous à un moment ou un autre. Et nous n’y pourrons rien. Si les choses doivent être, elles le seront, quoiqu’il arrive.  Il y aura toujours 1000 raisons de ne pas écouter son instinct et ce qui grouille au fond de soi. Mais il suffira uniquement d’une seule raison pour que tout prenne sens et d’être la personne que nous sommes, de prendre ce nouveau tournant qui nous guette, de vivre la vie que nous souhaitons, de reprendre contact avec la personne qui est ancrée dans nos pensées. Il y aura 1000 raisons mais seulement une seule pour nous faire prendre la bonne direction.

Le temps avancera toujours et pourvu que ça nous fasse virer fou, pourvu que ça nous fasse VIVRE. 

Full Love – JB

Ta pote, la zone de confort

Ah la zone de confort. Elle est cool, n’est-ce pas? Elle ne semble pas prendre la tête, ne cherche pas trop les emmerdes. Elle suit son petit bonhomme de chemin et ne demande rien en retour. Elle a comme un air de ressemblance avec toi, je me trompe? Vous êtes plutôt complices à vrai dire, tellement qu’elle ne te surprend même plus. D’ailleurs, rien ne s’y passe. Non plus.

Parce que soyons honnête, ça n’avance pas trop là-dedans. En fait, ca n’avance même pas du tout en y restant. Tu stagnes, tu as l’impression de tourner en rond. Et le pire, c’est que non seulement tu ne progresses pas, mais tu n’as pas l’impression de régresser non plus. Quoi de plus désagréable que de faire du sur-place lorsque la vie est uniquement devant soi?

Tu pourras rêver, imaginer, refaire le monde cent fois s’il le faut, si tu ne veux pas sortir de ta zone, tout ce qui s’offre à toi dans tes pensées, dans tes désirs, dans tes rêves ne prendra jamais vie. Rien ne deviendra une réalité. Oui, faire le premier pas est inconfortable. Oui, se lancer dans la gueule du loup sans avoir la certitude que les choses marcheront fait peur. Oui, il faudra travailler dur et croire plus que tout en toi pour que tu vois les premiers résultats de tes efforts. Oui, cela prendra du temps quelle que soit la taille de tes envies, de tes projets. Mais est-ce que cela en vaut la peine? 100% OUI.

Demande toi si tu préfères passer le reste de ta vie à imaginer ce que tu aurais pu faire si tu avais osé (enfin) ou sortir de ta zone de confort et flipper comme jamais face à l’inconnu pour vivre le reste de ta vie à la hauteur de tes espérances? La vie est un champ de tous les possibles, mais pour se faire il faut labourer, faucher, tailler, avancer dans les hautes herbes en sachant que n’importe quoi peut nous arriver en face. Pour vivre, il faut VIVRE. Et rester dans ses sentiers battus n’est pas une vie. Mais plutôt une cage où la porte est constamment ouverte contrairement à votre champ de vision.

Tentez toujours de faire ce qui vous effraie le plus.

Full Love – JB

Savoir écouter son instinct sans prendre peur

C’est parce que notre système digestif, considéré comme le deuxième cerveau, détient des informations essentielles sur nos ressentis que notre conscience ne prend pas en compte aussi rapidement, que notre instinct se met en place et se développe petit à petit au fond de nous. Et c’est cette faculté incroyable de notre corps qui permet d’avoir toujours une réponse juste et authentique. (Encore faut-il savoir l’écouter…) 

C’est un peu comme dire « Ok, tout va bien se passer, vous allez sauter de la falaise avec un élastique accroché à votre pied, n’ayez pas peur. » Et bien, écouter son instinct c’est un peu la même chose, à la seule différence que plus vous apprendrez à le faire, moins les aléas de la vie deviendront stressants, inconfortables voire même « insurmontables ». C’est un peu comme un moine bouddhiste qu’on ne connait pas mais de qui nous pourrions boire les paroles parce qu’il nous intrigue autant qu’il nous inquiète.

Si vous voulez aujourd’hui écouter votre instinct et enfin avoir le sentiment de prendre de « bonnes » décisions, il est temps de prendre conscience de ce qui vit dans vos tripes. 

Êtes-vous entrain de réagir à la personne en face de vous, ou êtes-vous entrain de réagir à la situation que vous interprétez? Êtes-vous entrain de réagir à ce qui se passe à l’instant ou êtes-vous entrain de réagir à ce qui pourrait arriver? Êtes-vous entrain de ressentir des choses par rapport à ce qui arrive là tout de suite ou à ce que vous espérez/ce qui pourrait vous faire peur dans le futur? Tout est dans la nuance et la première chose à comprendre est qu’il faut prendre du recul sur qui nous sommes et d’abord apprendre à se connaitre avant de vouloir apprendre à écouter ses tripes.

Si le job que vous faites vous fatigue, que vous vous forcez à faire chaque tâche et que le matin vous préféreriez faire autre chose que de prendre la route pour aller là-bas, c’est votre instinct qui parle. Ce n’est pas un sentiment, c’est une vague intérieure qui vous traverse lorsque vous pensez à la personne, la chose, la situation en question. Et en parlant de sentiments, ce qu’il faut prendre en compte avant quoique ce soit c’est que les sentiments sont bien souvent erronés, que ce que vous ressentez pour une situation est subjectif et reflète vos croyances, vos pensées, et non la réalité.

L’instinct ne vient pas frapper à votre porte en faisant un boucan d’enfer pour que vous l’entendiez. C’est silencieux, discret et parfois même vicieux. C’est comme une vague de conscience qui se déploie dans vos tripes au moment propice, souvent au moment où les choses doivent être. Et c’est pour cela que parfois lorsque les situations les plus difficiles arrivent, vous vous sentez le plus en paix. Votre instinct vous l’avait déjà fait ressentir. C’est aussi pour cela que parfois nous avons le sentiment de prendre les bonnes décisions alors que le monde semble s’écrouler autour de nous. L’instinct au fond de soi fait en sorte de rendre les choses justes, alors que nos pensées/sentiments tendent à rendre les situations plus compliquées qu’elles ne le devraient être.

Quand les gens vous disent qu’ils suivent leur instinct pour construire la vie qu’ils souhaitent, ils suivent ce que bon leur semble (et cette expression tient tout son sens ici). Ils suivent ce qui semble bon pour eux, ils prennent non pas de bonnes décisions, mais des décisions justes.

Parfois cela peut nous amener dans des situations stressantes voire oppressantes pour nous permettent de devenir plus forts. Parfois cela peut aussi nous pousser à démissionner et nous lancer dans une nouvelle aventure professionnelle peut-être complètement folle et différente mais incroyablement juste et en alignement avec la personne que nous sommes aujourd’hui.

Gardez en tête que votre instinct n’est pas là pour vous faire plaisir, mais pour vous mener là où vous devez être et vers la personne que vous devez devenir. Si les choses doivent être, elles finiront toujours par « être ». 

Full Love – JB